AgC 3075 [Infos-Interm.]

Visiteurs connectés : 0

Accueil > Rendez-vous en Régions > Mobilisation nationale le 18 juin 2008, Sauvons l’audiovisuel public, ..
Toutes Régions : Mercredi 18 juin 2008
Mobilisation nationale le 18 juin 2008, Sauvons l’audiovisuel public, ..

samedi 7 juin 2008, par AgC | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : jeudi 18 février 2010 à 17:35

Cet article a été vu 400 fois.

- / - cet article ..


L’Intersyndicale de France Télévions appelle à une
mobilisation nationale
le 18 juin 2008,
Sauvons l’audiovisuel public,
Le pluralisme de l’information
et la diversité de ses programmes !

Manifestation à Paris de Bastille à République
Mercredi 18 juin 2008 à 14h00

3 à 3500 manifestants étaient présents à Paris à l’appel de l’Intersyndicale de France Télévisions et de la Fédération Cgt du Spectacle Fédération Cgt du Spectacle Fédération Nationale des Syndicats du Spectacle, du Cinéma, de l’Audiovisuel et de l’Action Culturelle Cgt (FNSAC-Cgt) :

- 14-16, rue des Lilas - 75019 - PARIS

- 01 48 03 87 60

- fnsac-cgt.com
.. plusieurs délégations des régions de France 3 avaient fait également le déplacement, très inquiètes pour leur avenir .. - Jacques Ralite présent à ce rassemblement a résumé la situation par cette phrase : « On est passé d’un coup d’Eclat ( avec l’annonce en janvier de la suppression de la publicité ), à un coup d’Etat .. » ..
- AgC

- AFP - Audiovisuel public : journée de mobilisation le 25 juin

- Libération.fr - L’audiovisuel public inquiet pour son avenir

Le Snrt Cgt, Cfdt Cfdt Cfdt ( Confédération française démocratique du travail ) sic !.. :

— > Rubrique par thèmes ( par mots clés .. ) : Cfdt
, Cftc, Fo, Snj, Fo Sja, Sud, Csa, Sitr, Srcta Unsa et Snj Cgt appellent à une mobilisation nationale le 18 juin 2008 :

SAUVONS L’AUDIOVISUEL PUBLIC,
LE PLURALISME DE L’INFORMATION
ET LA DIVERSITE DE SES PROGRAMMES !

Près de 5 mois après l’annonce fracassante par le Président de la République de la suppression de la publicité, le service public audiovisuel est plus que jamais en grand danger.
France Télévisions, Radio France, l’INA ainsi que l’audiovisuel extérieur, RFI, France 24, TV5 se retrouvent au coeur de la tourmente.

France Télévisions qui affiche une situation financière dans le rouge pour 2008 est sous la menace d’une réduction de son périmètre. France 2, France 3, France 4, France 5, RFO, FTP existeront-elles encore demain ?

La création d’une commission en février dernier confiée à la Présidence de Jean-François Copé n’a pour l’instant apporté aucune solution crédible pour l’avenir de l’audiovisuel public. Plus le temps passe, plus le risque de dépeçage grandit. Aucune garantie de financement n’est apportée pour 2008, bien au contraire, tout confirme qu’un déficit de plusieurs centaines de millions d’euros apparaîtra dès 2009. Les déclarations ce jour du Président de la République, affirmant son opposition à toute augmentation de la redevance, même celle indexée à l’inflation, signifient, à terme, une véritable mise à mort du service public audiovisuel si la suppression de la recette publicitaire n’est pas compensée.

L’intersyndicale demande au Président de la République de la recevoir à nouveau comme il s’y était engagé en février dernier. Elle appelle tous les salariés de l’audiovisuel public et tous les citoyens, à une grande journée de mobilisation nationale le 18 juin 2008 pour défendre le service public et ses emplois, le pluralisme de l’information et la diversité de ses programmes.

Source : Fédération Nationale des Syndicats du Spectacle et de l’Action Culturelle CGT

Lire ou Télécharger le trac de l’intersyndicale de France Télévision / Sur le site de la FNSAC-Ggt ( pdf - 68 Ko )


 

 

 

 

 

 

 

TOUS ENSEMBLE CONTRE LE SACCAGE DE L’AUDIOVISUEL PUBLIC ...

 

 

 

Plus de 5 mois après l’annonce de Nicolas Sarkozy sur « la suppression totale de la publicité sur les chaînes publiques » et à moins de 15 jours des conclusions de la commission Copé, la situation de France Télévisions et au-delà de l’ensemble du service public de l’audiovisuel ( Ina, Rfi ou encore Radio France ) ne cesse de se dégrader. Pour faire bonne mesure, J.F. Copé et C. Albanel se sont déclarés favorables à une deuxième coupure publicitaire dans les films et les téléfilms sur les chaînes privées.
A ce stade, une question centrale s’impose : quel est le sens économique de la suppression de la publicité sur les chaînes publiques sans la moindre augmentation de la redevance ? Assurément il n’ y en a pas sauf à réduire le périmètre de l’audiovisuel public.

Comme le soulignait la Cgt La Cgt La Cgt ( Confédération générale du travail ) :

- Confédération Générale du Travail ( CGT ) sur ce site.
le 31 janvier dernier « au-delà du coup politique, toute véritable réforme passe par un financement public pérenne et accru permettant une diminution progressive de la publicité pour que l’audiovisuel public soit mieux à même de remplir ses missions qui constituent un élément essentiel du droit à la communication, de la vie démocratique, sociale et culturelle ... »

Sans augmentation de la redevance et sans d’autres sources de financement crédibles ( taxes sur les FAI et les télécomminications ) il n’ y a pas à ce jour de modèle alternatif au financement actuel de l’audiovisuel public. C’est pourquoi, nous exigeons un moratoire sur la suppression de la publicité et une compensation intégrale du manque à gagner sur l’année 2008. Ce moratoire doit être assorti de l’ouverture d’une véritable concertation avec l’ensemble des acteurs du secteur public et privé de l’audiovisuel.

C’est pour toutes ces raisons que la Fédération CGT du Spectacle Fédération Cgt du Spectacle Fédération Nationale des Syndicats du Spectacle, du Cinéma, de l’Audiovisuel et de l’Action Culturelle Cgt (FNSAC-Cgt) :

- 14-16, rue des Lilas - 75019 - PARIS

- 01 48 03 87 60

- fnsac-cgt.com
appelle l’ensemble de ses organisations à Assurer le Succès de la Journée de Grève du 18 juin et à Participer, au côté du SNRT-CGT et de l’Intersyndicale de l’Audiovisuel Public, à la Manifestation qui aura lieu à partir de 14h00 depuis la Place de la Bastille jusqu’à la République

( Rendez-vous Fédéral à 14h00 devant l’Opéra bastille ).

Paris, le 12 juin 2008

Source : Fédération Nationale des Syndicats du Spectacle et de l’Action Culturelle CGT

Lire ou Télécharger le tract de la FNSAC-Ggt ( pdf - 72 Ko )

Le Conseil Syndical du Syndicat National des Techniciens et Réalisateurs ( Sntr ),
appelle l’ensemble des salarié(e)s intermittent(e)s à cesser le travail dans l’audiovisuel public et à rejoindre la manifestation à 14h00 mercredi 18 juin 2008, pour Paris de la Bastille à la République

Services privés, coup de vis public

Pendant que le service public s’inquiète pour son financement, le gouvernement multiplie les largesses à TF1, M6 et consorts.
Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts
Quotidien : mercredi 4 juin 2008

C’est une supplique au gouvernement signée de trois quasi SDF : Nonce Paolini, directeur général de TF1 ; Bertrand Méheut, président de Canal + et Nicolas de Tavernost, patron de M6. Dans cette missive, ces trois gagne-petit se disent « stupéfaits » de découvrir que leurs recettes pourraient être taxées afin de financer la télévision publique. « Une nouvelle taxe [qui] viendrait appauvrir notre économie », écrivent les plaideurs, d’autant qu’« aucune des mesures réclamées et attendues par le secteur depuis des mois (déplafonnement de la publicité, application de l’heure d’horloge, seconde coupure publicitaire dans les oeuvres, réforme des décrets Tasca) n’est encore décidée... » La lettre est datée du 28 mai, et deux jours après cette lettre, abracadabra, leurs voeux sont exaucés, au-delà même de leurs espérances. Alors que le gouvernement a toutes les peines du monde à trouver un financement viable pour France Télévisions, ce même gouvernement régale grassement les télés privées, à commencer par la première d’entre elles, TF1, propriété, comme chacun sait, de Martin Bouygues, ami intime du président de la République. Déballage des cadeaux.

Une deuxième coupure pub...

Pipi ET vaisselle. Pour le téléspectateur, voilà l’avantage que devrait présenter l’apparition d’un second écran de réclames dans les films et les fictions diffusés. Pour les chaînes privées, c’est fromage ET dessert : alors que TF1 vient très opportunément d’annoncer une baisse de 17 millions d’euros de ses recettes publicitaires pour le premier trimestre 2008, c’est un pactole qui s’annonce. Selon Aegis Medias, entre 300 et 550 millions d’euros. Du coup, la taxe qui « stupéfiait » tant les chaînes privées (en tout 80 millions d’euros destinés au service public) devrait passer un peu mieux.

C’est environ 200 millions d’euros qui pourraient entrer dans les poches de TF1 avec cette nouvelle mesure, et 65 millions d’euros pour M6. Argument de Christine Albanel, ministre de la Culture et de la communication hier dans les Echos : « La deuxième coupure permettra d’éviter que les films disparaissent des antennes. » Oui, oui. Au passage, c’est la presse écrite qui pourrait aussi pâtir de cette nouvelle coupure publicitaire : ainsi le Syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN) redoute un « déséquilibre » au profit de la télé et au détriment des journaux, tandis que le Syndicat de la presse magazine (SPMI) a dit sa « consternation » face à ce « cadeau ».

...Et encore plus de pub...

La deuxième coupure pub, c’est un cadeau bonus. Le reste était prévu de longue date : il s’agit de la transposition - non obligatoire pour les Etats-membres de l’Union - d’une directive européenne. Ainsi les chaînes privées auront-elles désormais droit à neuf minutes de réclames par heure en moyenne, au lieu de six. Déjà, c’est gentil. De plus, il va être mis fin au système de « l’heure glissante », remplacé par celui de « l’heure d’horloge ». En clair, TF1 et M6 vont pouvoir bourrer de pubs les carrefours stratégiques de leurs grilles, alors qu’elles étaient limitées jusqu’à présent. Un simple décret suffit à la mise en place de cette augmentation de la pub et, selon Albanel, il est prêt et pourrait être publié « dès l’été ».

L’allègement des seuils anticoncentration

Ça, c’est un vieux cheval de bataille de la droite : sitôt au pouvoir, elle veut faire tomber les seuils anti-concentration dans les médias. « Nous réfléchissons, explique Christine Albanel aux Echos, à repenser la règle interdisant à un même groupe de détenir à la fois un journal national, une télévision et une radio. » Un seuil imaginé pour préserver le pluralisme de l’information et un seuil on ne peut plus important quand on sait les multiples amitiés de Nicolas Sarkozy avec les patrons des médias : Martin Bouygues donc, mais aussi Arnaud Lagardère ou encore Bernard Arnault, patron des Echos. C’est notamment sur ce seuil anti-concentration que le rapprochement entre TF1 et le Figaro avait buté à l’été 2004. Le seuil capitalistique se double d’un seuil d’audience : TF1, qui contrôle plus de 50 % de TMC, la première chaîne de la TNT, serait obligée de réduire sa participation si la chaîne atteint les 2,5 % d’audience. Or, laminées par le succès des télés gratuites de la TNT, les chaînes historiques souhaiteraient pouvoir en racheter quelques-unes, histoire de récupérer d’une main la publicité et l’audience qu’elles perdent de l’autre.

Suffisait de demander, et hop, Sarkozy va le faire, qui depuis des mois milite pour « l’émergence de grands groupes de communication audiovisuelle français de premier plan ». Car, déclarait le Président en installant en février la commission Copé, « s’il faut mieux financer le service public, il faut aussi permettre au secteur privé d’être plus dynamique en desserrant le corset de contraintes héritées d’un autre temps ». Merci Président.

Lire aussi page 37

Source : Libération.Fr du mercredi 4 juin 2008

 
Les commandes de production extérieures engagées dans le secteur de la création

Suite aux informations erronées voire fantaisistes qui ont été diffusées ces derniers jours, France Télévisions souhaite communiquer sur ses investissements engagés depuis le début de l’année 2008 dans les productions d’oeuvres de création (fiction, documentaire, jeunesse, spectacle vivant).

Conformément aux efforts de gestion qui seront présentés au conseil d’administration de France Télévisions en juin 2008, les arbitrages ont prioritairement visé à protéger les investissements en matière de programmes.

COMMANDES DE PRODUCTION EXTERIEURE ENGAGEES DANS LE SECTEUR DE LA CREATION DU 1ER JANVIER AU 30 AVRIL 2008 SUR LES 5 CHAINES DE FRANCE TÉLÉVISIONS
2007 2008 +
FICTIONS 115,5 M€ 165,1 M€ + 43%25
DOCUMENTAIRES 25,1 M€ 28,8 M€ + 14,8%25
ANIMATION 20,4 M€ 23,6 M€ + 15,4%25
SPECTACLE VIVANT 4,7 M€ 5,4 M€ + 13,6%25
CUMUL CREATION
France Télévisions
165,8 M€ 222,9 M€ + 34,5%25

Les investissements en faveur de la création du groupe France Télévisions ont progressé de 34.5%25 par rapport à la même période en 2007.

Contrairement aux rumeurs, France Télévisions confirme ainsi une nouvelle fois sa politique ambitieuse en faveur des oeuvres de création.

Vous pourrez désormais retrouver ces chiffres réactualisés chaque mois sur les sites du groupe France Télévisions.
( Une bonne nouvelle pour la transparence, mais il serait aussi intéressant de connaître les états annuels .. à suivre donc !.. AgC )

Source : Site internet de France Télévisions
Il est à noter que le lien de cet article ci-dessus à disparu !
La net-étiquette voudrait pourtant qu’une information, en l’occurrence un rapport établit par ce service public, reste à disposition et soit mis en re-direction automatique d’une page [1] quand on change la structure d’un site !..
Heureusement la « rubrique » ( .. la continuité année par année de ce rapport ) continue à être publié pour une certaine transparence ...

le 28 juin 2009 - AgC

Audiovisuel public : journée de mobilisation le 25 juin

PARIS (AFP) — L’intersyndicale de l’audiovisuel public (SNRT-CGT, CFDT Cfdt Cfdt ( Confédération française démocratique du travail ) sic !.. :

— > Rubrique par thèmes ( par mots clés .. ) : Cfdt
, CFTC, FO, SNJ, SUD, CSA, SITR, SRCTA, SNJ-CGT) appelle à une « journée de mobilisation » le 25 juin, jour où la commission pour une nouvelle télévision publique remettra son rapport définitif à Nicolas Sarkozy, a indiqué jeudi l’un des membres de l’intersyndicale.

Selon Jean-François Téaldi, porte-parole de la CGT La Cgt La Cgt ( Confédération générale du travail ) :

- Confédération Générale du Travail ( CGT ) sur ce site.
et membre de l’intersyndicale, cette journée sera notamment marquée par une « opération coup de poing spectaculaire ». Toutefois, l’intersyndicale n’appelle pas à la grève.

Par ailleurs, l’intersyndicale a demandé à être reçue, avant le 25 juin, par le président Nicolas Sarkozy.

Elle se propose en outre de rencontrer les députés et les sénateurs avant le dépôt du projet de loi sur l’audiovisuel public, qui doit inscrire dans la loi les projets du gouvernement pour réformer l’audiovisuel public en tenant compte de la suppression de ses recettes publicitaires.

Enfin, l’intersyndicale envisage de se déplacer à Bruxelles, si possible « avant l’été », pour y rencontrer les commissaires européens Nelly Cross (concurrence) et Viviane Reding (société de l’information et médias), ainsi que les leaders des différents groupes parlementaires du Parlement européen.

Selon l’intersyndicale, certaines des préconisations de la commission présidée par Jean-François Copé, notamment la taxe sur les opérateurs de télécommunications, sont en effet incompatibles avec la réglementation européenne.

Source : AFP - le 19 juin 2008

L’audiovisuel public inquiet pour son avenir.
Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts
Quotidien : jeudi 19 juin 2008

Des mires peintes sur les visages, des mires imprimées sur les t-shirts, comme la crainte de ce que pourrait bientôt diffuser France Télévisions. Les salariés de la télé publique ont défilé hier à Paris. « France Télé sans pub, c’est les Français qu’on entube », « Plus belle la vie sans Sarkozy », voilà pour les banderoles de la manif qui a rassemblé 2 000 personnes.

Cadeaux. Parmi elles, des vedettes dont Audrey Pulvar, et quelques politiques, dont le député PS Patrick Bloche et le sénateur communiste Jack Ralite, tous deux démissionnaires de la commission Copé et venus dénoncer au micro les cadeaux aux chaînes privées tandis que France Télévisions n’a toujours pas de financement. Ralite : « On est passé d’un coup d’éclat [l’annonce de la fin de la pub le 8 janvier] à un coup d’Etat ». Bloche : « Il n’est président de la République que pour renflouer TF1. » Le public de techniciens, journalistes, intermittents est anxieux. « Le démantèlement de France Télévisions est en marche, dénonce Carine Ntoya, de la régie pub, depuis le 8 janvier, nous avons déjà perdu 93 millions d’euros de pub. »

C’est la même amertume qui règne à la rédaction nationale de France 3, raconte le président de la Société des journalistes, Yann Fossurier : « C’est flippant, on a l’impression que tout était déjà arrêté avant la commission, on perd du fric, des journalistes préparent leur CV, il y a un sentiment de délitement. »

L’inquiétude a été forte aussi dans les régions de France 3 très touchées par la grève. A noter le soutien des journalistes finlandais dont la télé publique a inspiré la commission pour la réforme de France Télévisions.

Pendant qu’elle recevait des noms d’oiseaux dans le défilé, la commission Copé en terminait avec sa réflexion. Elle remettra le 25 juin son rapport à Nicolas Sarkozy, mais tout est déjà connu. Sur France 3 qu’elle proposait de saucissonner en chaînes régionales (Libération d’hier), elle fait machine arrière, n’évoquant plus que la possibilité d’un test sur une région. Autre reculade sur le droit de veto du représentant de l’Etat au conseil d’administration de France Télévisions. Ça fleurait trop son ORTF ORTF ORTF : Office de radiodiffusion-télévision française.

- L’Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF) est un établissement public à caractère industriel et commercial créé en 1964 et remplacé en 1974, ayant pour mission, la tutelle de la radiodiffusion et de la télévision publique, la gestion des émetteurs et de la production audiovisuelle nationales et régionales. Où c’est le ministre de l’information qui donnait son aval sur les sujets du journal télévisé ...
.

Téléphonie. Des trois scénarios de financement pour compenser la suppression de la pub avant 20 heures (dès 2009) puis totalement (à partir de 2011) évoqués par la commission ne reste que celui de Jean-François Copé. 210 millions d’euros viendront d’une taxe de 0,5 % des opérateurs de téléphonie et d’Internet ; 100 millions d’une autre taxe sur les fréquences radioélectriques, 80 millions d’une taxe sur les recettes pub supplémentaires des télés privées et 60 millions d’euros venus de RFI qui ne sera plus financée par la redevance. L’indexation de la redevance sur l’inflation ne sert qu’à maintenir son montant. Soit au total, 450 millions d’euros pour la compensation et 200 millions d’euros pour le développement, issus en grande partie des « économies et gains de productivité » à réaliser.

Un schéma de financement, qui, selon nos informations, risque fort d’être retoqué par l’Elysée au profit d’un autre mêlant l’indexation de la redevance, une taxe plus élevée (0,8 %) sur les opérateurs de téléphonie et d’Internet, et la taxe sur les chaînes privées. Soit - quelle surprise - le schéma préconisé par Nicolas Sarkozy dès le 8 janvier.

Source : Libération.fr - du 19 juin 2008

Articles connexes :

- <- France Télévisions doit produire et fabriquer ses programmes en interne !

- <- La CGT Spectacle demande le réexamen de la composition de la « Commission Copé »...

- Acrimed : Action publique pour l’audiovisuel privé
Pierre Rimbert
Publié le jeudi 5 juin 2008

La loi française interdit qu’une oeuvre de fiction diffusée sur une chaîne privée soit interrompue plus d’une fois par un écran de publicité. En se déclarant, vendredi 30 mai 2008, « tout à fait favorable » à la mise en place d’une deuxième coupure publicitaire, Jean-François Copé, président de la Commission pour la nouvelle télévision publique, avocat d’affaires à temps partiel au cabinet Gide Loyrette & Nouel, et président du groupe de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) à l’Assemblée nationale, remet en cause cette disposition.
-> Lire la suite ..

- Acrimed : Mascarade pour un massacre ? Télévisions publiques en péril, pluralisme en danger
Grégory Rzepski et Henri Maler
Publié le lundi 9 juin 2008

Evoquant la suppression de la publicité sur les télévisions publiques, Nicolas Sarkozy l’avait implicitement proclamé le 8 janvier 2008 : « Avec moi, on décide d’abord, on réfléchit ensuite. » Pour asséner son refus de toute augmentation de la redevance, il vient de compléter cette règle de gouvernement (pas totalement inédite ...) par une nouvelle maxime : « Avec moi, on réfléchit, mais ça ne sert à rien : j’ai déjà décidé ». A quelques jours de la grève appelée pour le 18 juin à France Télévisions, où en est-on ?
-> Lire la suite ..

-  AFP - Audiovisuel public : dernière ligne droite pour la commission Copé

- 

AFP - La commission Copé boucle son rapport, grève dans l’audiovisuel public


Des personnels de France 3 Sud, en grève, déploient une banderole
devant le siège de France Télévisions à Toulouse, le 18 juin 2008



 
Retour au début de l'article

Notes :

[1Re-direction automatique :

- Quelques exemples faciles à cette adresse « Redirection sur une nouvelle page » par joliespage.com

- Mais pour un gros site comme France Télévision, il est aussi possible de faire plusieurs petits programmes ayant accès aux anciens répertoires et articles traitants de façon automatique ce manque de net-étiquette, et ceci suivant le langage de la structure choisi et du noyau sur lequel fonctionne le(s) serveur(s) ...

  • Liste relative au Champ d’application de l’Annexe VIII mise à jour le 06/05/11


    Liste relative au Champ d’application de l’Annexe VIII Arrêté du 30 mars 2009 portant agrément de l’avenant n° 1 à l’annexe VIII au règlement général annexé à la convention du 18 janvier 2006 relative à l’aide au retour à l’emploi et à l’indemnisation du chômage mise à jour le 6 mai 2011 Vous trouverez ci-joint la liste des fonctions inscrite à l’annexe 8 pour lesquelles vous pouvez être engagé, et suivant la Nomenclature (...)

    Lire la suite ..

  • Déni de démocratie et laïcité en danger : le Traité de Lisbonne ratifié par l’Assemblée et le Sénat ..


    Déni de démocratie et laïcité en danger : le Traité de Lisbonne ratifié par l’Assemblée et le Sénat .. Déni de démocratie, forfaiture et incompétence face aux citoyens !?. Normalement, les parlementaires sont là pour représenter le peuple, non pour se substituer à lui. Et ce n’est pas à priori ce qui se pratique dans nos parlements en France, .. et ce n’est pas non plus la direction que prend l’Europe. Quelques (...)

    Lire la suite ..

  • Traité modificatif ou traité de Lisbonne, Traité dit simplifié ..


    Traité modificatif ou Traité de Lisbonne - Traité dit simplifié !.. Versions consolidées du traité sur l’Union européenne et du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne au 30/03/2010 Bientôt les municipales et cantonales, et vous aspirez à devenir responsable de votre ville : « Vous savez que l’Union Européenne, au travers de ce traité, favorise les accords avec l’OMC. Donc si vous signez ou cautionnez celui-ci, (...)

    Lire la suite ..

  •  
    Retour en haut de page

     

    0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 270

    0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 270


    2007-2020 - AgC 3075 [Infos-Interm.]
    | SPIP | | |